Que se passe t-il chez Samsung : les détails du scandale

samsung-corruption-scandale

Depuis quelques temps, le géant de la nouvelle technologie sud-coréenne Samsung est devenu la cible de la presse dû à un scandale. Alors que le groupe, estimé comme le cinquième de l’économie sud-coréenne, vient de se lever à peine de sa chute dû aux batteries explosives de son Smartphone, là le coup est encore plus fort.

Une affaire de corruption et de détournement de fonds

Inculpé déjà en 2000 pour une histoire d’évasion fiscale, Lee Jae-Yong est accusé d’une affaire de corruption national il y a quelques mois. Cet héritier de Samsung a fini même par être arrêté et placé en détention provisoire par la justice le 17 février.

En effet, Lee Jae-Yong, âgé de 48 ans, est le vice-président de Samsung Electronics, et aussi le fils du président du premier conglomérat sud-coréen Lee Kun-Hee et petit-fils de son fondateur. Il est inculpé par des enquêteurs spéciaux dans un détournement de fonds, l’abus de biens sociaux ainsi que d’autres infractions comme la dissimulation d’actifs à l’étranger dans le cadre de l’enquête sur les pots-de-vin. Son accusation porte sur une affaire de corruption d’une valeur d’environ 40 millions de dollars qu’il a offerts à la confidente de l’ombre de Park Geun-Hye, la présidente sud-coréenne, en compensation à des faveurs politiques.

Choi Soon-Sil, femme d’affaire sud-coréenne et fille d’un chef chamane, est suspectée d’avoir profité de sa situation diplomatique et de ses relations avec la présidente pour obliger les conglomérats industriels à fournir des millions de dollars aux fondations privées incertaines sous son égide. Tel est le cas de Samsung, le plus généreux entre tous, qui a été supposé financer des entraînements sportifs d’un club équestre sud-coréen en Allemagne, contenant la fille de Choi Soon-Sil.

samsung-scandale

Le groupe Samsung décapité dû à des affaires louches

Parmi les éléments d’accusation dans cette affaires, la justice cherche à comprendre si Samsung a corrompu Choi Soon-Sil, afin d’avoir le feu vert du gouvernement à une fusion mise au débat en 2015 entre Cheil Industries et C&T, deux unités du groupe. Cette phase a été considérée comme étant très importante pour garantir une passation de pouvoir sans histoire au profit de Lee Jae-Yong.

Entre autres, les enquêteurs ont soupçonné Lee Jae-Yong d’avoir exécuté une parjure face à une commission d’enquête parlementaire sur ce scandale. Des manifestants ont même crié contre lui en l’accusant d’être le « co-coupable » de tous ces actes.

Le grand scandale de trafic d’influence a même engendré la destitution de la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye.

Mais le problème ne s’est pas arrêté, des démissions se font entendre au niveau du groupe. Notamment, trois cadres dirigeants sont concernés. Eux aussi sont accusés dans l’affaire de corruption et vont certainement paraître devant le tribunal avec l’héritier de Samsung.

Suite à ces mouvements rocambolesques au sein de Samsung, ce grand groupe sud-coréen a affirmé la désintégration de son Bureau des stratégies futures, qui a assuré le contrôle de décision au niveau de la firme.

Lee Jae-yong, le troisième homme le plus riche du pays, va écoper 5 années d’emprisonnement pour tous ces crimes qui pèsent sur lui, ce qui signifie une perte de l’un des dirigeants de Samsung.